Voir les différents jeux testés
Voir la liste des dossiers du site
Voir les liens de Bouledefeu.com

Gish

Marre des jeux de plateformes trop classiques et sans réelle innovation? Voici Gish ! Bouledefeu pense à toi, e...

De la NES (part 2)

Plateforme : Nintendo NES
Genre : divers / hardware
Editeur : divers
Année : Années 80
Article par : tam
Dessin par : Gentil_g

 
La NES 2

Enchaînons directement avec la NES 2, aussi appelée Top Loader, qui est sortie au début des années 90 aux Etats Unis mais a peu été distribuée (la Super Nintendo arrivait en même temps). Elle est également sortie au Japon sous le nom de Famicom AV (AV pour la nouvelle sortie vidéo), et à la différence de l'ancienne les prises manettes sont cette fois-ci détachables.

Une console plutôt dure à dénicher donc mais qui présente deux avantages : son système de chargement tout d'abord, qui comme son nom l'indique se fait par le dessus de la console, est beaucoup plus résistant que celui de la NES classique. Fini les soucis de jeux qui ne passent pas, les contacteurs assurent leur boulot cette fois ci.
De plus, cette console est dézonée, et moyennant un adaptateur, vous pouvez jouez à l'ensemble de vos jeux dessus !


Les adaptateurs

Maintenant que vous savez comment obtenir une console multi-régions, encore faut-il que vous puissiez brancher vos cartouches dessus !

Contrairement à leurs homologues occidentales (72 pins de largeur), les cartouches Japonaises ne font que 60 pins de large.
Heureusement, cette petite ruse de Nintendo peut être contournée, en effet, nos cartouches ont été artificiellement élargies (on peut observer un espace libre en plein milieu des connecteurs de la cartouche), et un adaptateur peut permettre de relier les pins cartouche vers les contacteurs appropriés de la console.

Dans le sens US --> JP, rien de plus simple. On peut trouver son bonheur sur Lik-Sang par exemple, et jouer à tous ses jeux NES sur sa console format JP, clone de Famicom ou GameAxe (NES portable non officielle) par exemple.
A l'inverse, on ne trouve plus d'adaptateurs pour faire passer les jeux Japonais vers votre console. Plusieurs produits ont existé qui permettaient de brancher ses cartouches Japonaises sur sa NES et outrepassaient la protection (lockout chip) de votre console.
Pour ceux qui n'auraient pas la chance de posséder un tel produit, il est possible de se "fabriquer" un bridge 60 --> 72 pins.

Les premiers jeux du marché contenaient en effet cette pièce, et on retrouve dans la cartouche le circuit au format Japonais, posé sur l'adaptateur en question. Je n'ai pas vérifié sa présence dans les cartouches Européennes (si vous ne disposez pas de l'outil adéquat, il faut casser le boîtier plastique) mais on le trouve dans de vieilles cartouches Américaines comme Gyromite, ces cartouches sont légérement plus lourdes que les classiques, vous ouvrez, débranchez et pour peu que vous possédiez une console dézonée, vous pouvez maintenant jouer à vos jeux Japonais, elle est pas belle la vie ?


Le NES Advantage

Le stick d'arcade selon Nintendo, aisément reconnaissable et trés bien conçu, une légende (hé oui encore une !).
La première chose qui saute aux yeux et qui ferait bondir tout marketeux de nos jours : le double cable manette, qui permet avec un seul stick de faire jouer les deux joueurs (l'un aprés l'autre évidemment).

Cette manette est solide et plutôt lourde. Elle tient bien la route avec ses deux gros bouton increvables mais son manche est peut être un poil trop petit pour les grosses mains de joueurs de 20-30 ans, mais avouez que c'était pas prévu pour à la base !

Elle dispose de l'obligatoire fonction autofire ansi que du slow-motion qui fonctionne comme si vous marteliez le bouton start, ce qui a pour effet de découper l'action trés rapidement et donc de ralentir le jeu. Bien sûr cela ne fonctionne pas avec tous (Zelda...).

Comptez de 4 à 20 Euros, on peux encore trouver encore des sealed.


Le Power Glove (Mattel)

L'accessoire cher et inutile au possible, donc à posséder absolument, le Power Glove, édité par Mattel, se présente comme un gant futuriste qui est censé reproduire nos mouvements à l'écran.

Pour cela, on place troix capteurs sonores sur la télé qui vont déterminer la postion du gant dans l'espace (abcisse, ordonnée, distance et angle d'inclinaison). Les doigts sont sensibles puisqu'ils peuvent servir de gachette et une interface se trouve sur l'avant bras avec une croix de direction, les boutons classiques ainsi que tout un système de réglage.
En effet, 17 modes d'utilisation sont proposés, chacun étant supposé rendre au mieux nos mouvements dans le jeu. Le classique haut / bas / gauche / droite pour les jeux de plateforme, le coup de poing pour punch-out par exemple ou bien la conduite prenant en compte le levier de vitesse (avant = accélerer, recul = frein).

Pourtant le tableau n'est pas aussi parfait car il faut un sacré temps d'adaptation (et une bonne dose de patience) pour arriver à maîtriser l'engin qui a une zone neutre (aucun bouton enfoncé) minuscule. En gros vous passez votre temps à bouger à l'écran.
Disponible dans les tailles M et L, il s'adapte bien à la main du gamin de douze ans, beaucoup moins à celle du rétrogamer d'une vingtaine d'années. L'enfiler relève de l'exploit, et plier les doigts devient l'enfer, pensez à le quitter toutes les demi-heures avant que la gangrène ne s'installe.

On en trouve facilement en trés bon état (boîte + notice) parfois encore sealed, notamment aux Etats Unis où l'accessoire a du bien marcher. Comptez 3 à 20 euros selon l'état.


Le Tapis de Gym (Power Pad)

Le Power Pad permettait aux petits gamers en herbe de perdre du poids en jouant sur leur NES, bonne idée avant l'heure mais un résultat un peu approximatif.

En effet, tout jeu se jouant avec un tapis n'a pas forcément l'intérêt d'un Dance Dance Revolution et à l'époque c'était plutôt le sport qui était à l'honneur : le jeu le plus connu supportant cet accessoire était Track & Field et se jouait sur la face B, tandis que la face A permettait de s'exercer sur Dance Aerobics.

Alors on achète ou pas ? Pour ceux qui seraient encore tentés, vous en trouverez sur eBay US, à des prix raisonnables, mais plombés par les frais de port.


Le Famicom Disk System

Sorti uniquement au Japon en 1985, le Famicom disk system s'installe sous la console et permet de jouer sur celle-ci à des jeux en disquettes 3 pouces (comme le CPC), l'avantage étant bien sûr le faible coût du support comparé au format cartouche.

En prévision d'un succés comparable à la NES (il s'est tout de même vendu 2 millions de FDS au Japon) Nintendo a trés tôt sorti beaucoup de jeux sur ce support (on en compte environ 200) et s'est même durant une année focalisé entièrement dessus. Sa sortie a été accompagnée de la mise en place de bornes spéciales, permettant d'acheter ses jeux, qu'on trouvait dans les magasins de jouet et les convenience store.

Mais bien évidemment, si la copie était réalisable par ces bornes, elle l'était également par les particuliers et Nintendo n'a jamais vu ça d'un bon oeil.
De plus les disquettes ne permettaient de stocker que 128Ko de données (64 par face) tandis que la capacité des cartouches augmentait avec le temps (Ghosts & Goblins fut la première 128Ko) et qu'elles étaient petit à petit équipées de piles de backup, permettant alors de sauvegarder ses parties comme sur le disk.

Enfin, les marges sur les jeux étaient beaucoup moins importantes. En effet, il était possible d'acheter ses jeux de la façon classique (boite, notice et la disquette) mais aussi de n'acheter qu'une disquette vierge (2000 Yens) sur laquelle vous pouviez ensuite copier à volonté les jeux pour 500 Yens pièces..
Pour toutes ces raisons, le Famicom Disk fut précipitamment abandonné, mais les bornes ne disparurent que plusieurs années plus tard (on en trouvait encore en 1993) puisqu'il restait encore pas mal de clients intéressés.

Une fois les bornes disparues, Nintendo a assuré le renouvellement des jeux, vous leur retourniez la disquette par la poste qu'ils vous remplaçaient par une fraîchement copiée. Prés de 20 ans plus tard, ils ont mis fin à ce service, Nintendo n'a pas le bouledefeu spirit, c'est maintenant prouvé.

Le meilleur moyen de trouver machine et jeux reste bien sûr d'aller faire un tour par le Japon. Plus prés de nous, les sites d'enchères en proposent régulièrement.
Ni la machine, ni les jeux ne sont des pièces particulièrement rares, et les prix sont variables : la machine coûte cher et les disquettes beaucoup moins (quelques euros pour un jeu).
Attention tout de même, ce support n'est pas éternel et certains jeux peuvent être inutilisables, sans compter que vous risquez fort de tomber sur une version pirate du jeu.


Les clones de Famicom

Plusieurs compagnies ont fabriqués des clones de la console. Principalement destinés aux marchés du sud est Asiatique, on en trouve également beaucoup en Russie ou en Grèce par exemple.

Il s'agit de systèmes compatibles, ressemblant plus ou moins, voir pas du tout à une NES. Vendus sous des appelations bizarres, et disposant souvent d'une connectique classique (vous pouvez brancher dessus vos manettes CPC ou Amiga par exemple).
La liste est extrémement longue et de nouveaux clones sont souvent repérés, encore maintenant.

Admirez plutôt les quelques spécimens que certains possédent !
Je ne me suis pas planté, pour certains on pompe directement dans le design de la megadrive ou de la super Famicom, quant aux accessoires ça laisse songeur.
La Mega II était de plus livrée avec une cartouche pirate 1 000 000 in one... de quoi assurer de longues heures de jeu (même s'il s'agit principalement de doublons).



En route vers la partie 3 !


Voir la galerie d'images

 
 
 
Des questions ? Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter notre forum