Voir les différents jeux testés
Voir la liste des dossiers du site
Voir les liens de Bouledefeu.com

Attack of the killer tomat...

Un jeu de THQ sur bouledefeu (??) ça balance sec et tout le monde en prend pour son grade.

Ball Bullet Gun

Plateforme : Super Nintendo
Genre : Tactical-S.W.A.T.
Editeur : I.MAX
Année : 1995
Article par : CHAZumaru
Dessin par : Gentil_graphiste

 
Un article dont VOUS êtes le héros !

Insouciants lecteurs, la boulette-team explore une fois encore de nouveaux horizons textoludiques en vous proposant d'incarner Bob Satan dans sa dernière enquête. Fonctionnant selon le principe des "livres dont vous êtes le héros", vous allez commencer l'article normalement puis vous retrouver confrontés à un choix au bout de chaque paragraphe (à moins d'être arrivés à l'une des fins de l'article, bien sûr). Ce choix sera ponctué par un chiffre écrit en gras et mis entre [crochets]. Il s'agit du paragraphe résultant de ce choix, paragraphe auquel vous vous réferrerez pour poursuivre la lecture. Il existe plusieurs fins, vous pouvez donc retenter l'aventure plusieurs fois en tentant de nouveaux embranchements.
Tout le monde a compris ?

Alors c'est parti...






Satan joue double jeu et triple buse - une enquête interactive de Bob Satan -

Le West Side. Un quartier qui semblait exister pour rendre les autres plus agréables.
Une pluie lourde et agressive s'abattait sur le trottoir des bas-fonds de la cité, arrachant à leur confort les détritus occupants les lieux. Satan comme d'autres aurait aimé être débarassé ainsi de toute la crasse de la ville, notamment les ordures humaines qui pourrissaient son existence avec acharnement. Bob retrouva le sourire en approchant le Gillian's, son bar préféré, ou plutôt le seul qui lui concédait encore une ardoise suffisante à la conjugaison de sa passion pour l'alcool de marque et celle de venir s'abreuver le portefeuille vide. Il s'empressa de pénétrer dans l'antre chaleureuse et décrépie, s'asseya au bar, et attendit que le barman Fab ramène sa gouaille patibulaire et lui lance sa phrase préférée : "Bob, c'est grâve la merde, j'ai besoin de ton aide." Ah mais non mais non mais non, c'est pas ça du tout la phrase, c'est quoi ce bordel !? Il aurait dû demander ce que Bob voulait boire, ce à quoi Satan aurait répondu "Caipirinha comme d'hab, mon vieux Fab".
"Bob, c'est grâve la merde, j'ai besoin de ton aide" donc. Fab poursuivit : "Un jeu vient de disparaître ; mais pas n'importe lequel, Ball Bullet Gun, un petit jeu méconnu sorti en 1995 sur Super Famicom. Partout ailleurs je m'en taperais, mais le problème, c'est qu'on est dans le West Side. Et tu sais ce que ça veut dire..."
• Bob acquiesca et en profita pour tarabuster la coupole d'amandes grillées.[09]
• Bob demanda un bref rappel des faits, ainsi que de quoi se désaltérer.[24]


[01]
La pluie s'abattait encore sur la ville quand Bob sortit du Gillian's. Fort des quelques renseignements données par Fab, il était temps pour Bob de choisir quelle direction donner à son enquête.
• Bob décida d'approcher la salle de billiard enfumée en face du Gillian's...[42]
• Bob préféra aborder cette blanchisserie d'aspect tranquille, au bout de la rue.[20]


[02]
Bob quitta le Fuerza Brillante. Face à lui, l'Ogre Barbershop unique coiffeur-barbier de la rue. Satan, mal rasé, décida d'en profiter pour soigner son allure et ses contacts. L'endroit était malheureusement vide, à l'exception du fildeférique propriétaire de l'établissement, qui balayait sans passion les poils échoués sur le carrelage déprimant de la pièce. Bob s'asseya dans un des confortables sièges en cuir de la petite salle mal éclairée, et attendit que le barbier s'occupe de lui. la journée avait été pénible, et Bob s'assoupit peu à peu... le maigrelet continuait de balayer, et le rythme lancinant des vas-et-viens sonores eut tôt fait de plonger notre retrogaming detective préféré dans un étât de torpeur bienveillant... quand sans prévenir le barbier surgit juste derrière lui !
• Bob bondit hors du siège, juste à temps ![10]
• Bob se sentait trop bien pour bouger.[26]


[03]
La jeune fille, surprise nue par Bob, tomba à la renverse d'effroi. Elle était asiatique, chinoise ou Japonaise sans doute, et visiblement abasourdie par le nouvel arrivant. Ah oui, accesoirement, elle était aussi *super bien foutue* (je sais que cela préoccupait un ou deux lecteurs dans l'assemblée, donc je précise).
"Bon sang mais qu'est ce que vous foutez là ?
- *Hum* je mène une enquête sur votre poitr... votre patron, Ed Shött, qui m'a l'air bien suçe-m... suspicieux *tousse* suspicieux.
- Mais il va arriver d'un moment à l'autre. Et c'est pas mon patron, c'est mon amant. S'ils vous voit là il nous égorgera tous les deux sans autre forme de procès !
- Votre amant ? Vous aimez ce type !?
- Mais non, j'ai été engagé pour... bon, c'est pas le moment ! Il faut trouver un moyen de vous sortir d'ici au plus vite !
"
A cet instant on frappa à la porte.
"Merde c'est lui ! hop hop hop cachez-vous dans la salle de bain !."
• Et Bob d'y déguerpir sans demander son reste.[46]


[04]
Bob remarqua qu'une fenêtre du troisième étage était ouverte et la chambre allumée. Un tuyau le long du mur semblait assez large et résistant pour qu'il s'y agrippe et accède à la fenêtre.
• Bob commença l'escalade.[41]
• Bob préféra observer la fenêtre plus longtemps.[52]


[05]
Le petit vieux marmonna :
"... ah ça y a eu pas mal dé petits tacticals sympaticos sour SFC... mais la plupart proposent oun univers Heroic Fantasy... Ball Bullet Gun c'est différenté... on te met dans la peau d'oune ounité d'intervention... contre des terroristas dans moultiples scénarii, avec des armes contemporaines, des sitouations innovantes... c'est enthousiasmant, por la verdad... ah ça, c'est pas auyourd'hui qu'on nous sortirait des yeux comme ça... fue el bueno tiempo..."
• Bob interrompit le vieil homme.[54]
• Bob continua d'écouter.[15]


[06]
Satan, nerveusement, retourna sa carte. Il s'agissait d'un 9♦, ce qui portait son total final à 17. Il suffisait donc que la carte masquée du joueur aux dix doigts soit un huit pour que Bob se retrouve bredouille...
• Bob attendit que son adversaire dévoile sa carte...[55]


[07]
Satan, presque naturellement, se rapprocha du barman comme le poisson-pilote du grand requin blanc.
"Ami tenancier, j'ai besoin de renseignements sur cette merveilleuse communauté que sont les Tacticalos !
- ¿ Habla espanõl usted ?
- Euh...
"
Bob réfléchit quelques secondes puis répondit :
Euh... parlo oun potipo espagnolo[47]
¡ Vamos a la playa, señor zorro ![31]
Si, un poco tambien. ¿ Quetal ?[43]
Dis moi Sophia, les stalagmites c'est en haut ou en bas ?[11]


[08]
Bob aurait aimé pouvoir dire que pour réussir les côtes de porc à la sauce moutarde, il faut 4 côtes de porc, 3 cuillerées à café de fond de veau, 2 cuillerées à soupe de moutarde, 200 ml de lait, 2 cuillérées à soupe de vin blanc, du sel et du poivre. il aurait gaiement ajouté que pour réussir la recette, il suffit de faire chauffer l'huile dans la poêle et d'y déposer les côtes de porc. C'est avec allégresse qu'il aurait précisé de laisser le tout cuire pendant environ 20 minutes à feu moyen avant de dresser les côtes sur les assiettes, verser le vin blanc dans la poêle chaude puis ajouter le lait, la moutarde et le fond de veau. Il aurait conclu qu'il n'y a plus qu'à laisser réduire 5 minutes environ et napper les côtes. Le tout dans la joie et la bonne humeur.
Malheureusement, chez les CounterStrikerBikers, on ne s'enthousiasme pas ainsi impunément des côtes de porc à la sauce moutarde. D'un simple signe de la main, Ed fit lever toute l'assistance, qui entoura Bob rapidement avant que plusieurs loubards ne le tiennent par tous les membres possibles (oui... *tous*) et ne l'emportent furieusement dans l'arrière-cour.
• Vous n'aviez qu'à vous intéresser au jeu, bien fait ! Allez en [14]


[09]
"Il se trouve que l'on n'a jamais vraiment su si Ball bullet Gun (BBG) était un tactical ou un jeu de SWAT, et donc à qui il appartenait. Or il vient de disparaître, et une demande de rançon a été envoyée aux deux gangs. Bien sûr, chacun accuse l'autre d'avoir organisé l'enlèvement du jeu pour récupérer l'argent. Tout ça va finir en carnage si on ne retrouve pas le jeu et l'auteur de l'entourloupe vite fait ! Il faut que quelqu'un mène l'enquête, et je ne vois que toi d'assez compétent, Bob." Satan resta interdit. "Arf non je déconne, mais vu l'ardoise que tu as ici, tu me dois bien ça."
Bob réfléchit quelques secondes, négocia l'effacement de la dîte ardoise en contrepartie, et mit ses neurones en marche. il lui fallait le plus d'informations possibles.
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les tacticals et les Tacticalos.[32]
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les jeux de SWAT et les Bikers.[49]
• Bob se demandait s'il existait de bons cocktails à base de Campari.[16]


[10]
Satan bondit hors du siège et projeta le barbier au sol.
"Mais vous êtes complétementé cinglé ?
- A-HA ! Ne joue pas zoplufin avec moi, vil cloporte ! Je vois clair dans ton jeu et tu vois clair dans mon tu !
- Madre dé dios, mais c'est la yournée de liberté conditionnelle des cons auyourd'hui !?"

Bob remarqua qu'un objet étrange avait glissé hors de la blouse du barbier.
• "Qu'est ce que c'est que ça ?" demanda-t'il.[23]


[11]
"Passe devant, Jones, je te... euh non mais c'est pas le bon jeu, là.
• Repartez faire un choix plus approprié en [07]


[12]
"Bien le bonjour !" lâcha Bob, désireux d'éviter tout incident diplomatique par une phrase mal interprétée.
Le désintéressement progressif de l'assemblée donna raison à Bob. Soulagé, il s'approcha fort naturellement du petit bar adjacent à la caisse. Un colossal barbu au regard menaçant lui barra le chemin.
"Qu'est ce que tu fais là, petit ?
- Errr je cherchais un endroit tranquille où me désaltérer, entouré de gens sachant apprécier les jeux de SWAT, et par un hasard *total* je me suis dit que cet endroit ferait l'affaire. En tout cas n'y voyez aucun rapport avec une quelconque enquête sur la disparition d'un jeu.
- Je suis Ed Shött, le leader des CounterStrikerBikers. Je suis content que tu soies un simple passant. Ca m'aurait fait chier de tomber sur un type voulant en savoir plus sur la disparition d'un jeu. Amuse-toi bien ici.
"
• "Mais... vous de même." répondit Bob.[13]
• "Eh Gros ! un p'tit billiard ?" demanda Bob.[59]


[13]
Sur ce, Ed shött serra (ou devrais-je dire réduisit en miettes) la main de Bob, et sortit de la salle de billiard par une porte de service. Le flair de Satan ne le trompait jamais. Bon ok c'est faux, en fait il le trompait tout-le-t... souvent. mais cette fois notre privé en était sûr, il serait bien malin de suivre le leader des Bikers pour tirer plus d'informations sur la disparition de BBG. Alors qu'il embrayait en direction du suspect, Satan fut sévèrement retenu par l'épaule. On n'avait pas l'intention de le laisser filer le chef aussi facilement, lui faisait comprendre un sbire armé d'une queue (de billiard, hein, je précise).
• Bob dévisagea son vis-à-vis.[40]


[14]
Bob Satan se réveilla au petit matin dans une veille décharge municipale en périphérie de la ville. Sa mémoire avait apparemment refusé d'accepter de conserver traces de la nuit précédente, mais son visage boursouflé, ses orteils défoncés à coups de marteau et son lobe d'oreille arraché le convainquirent qu'il avait passé un sale moment. Ramassant sur le chemin quelques dents égarées (avec un peu de chance c'étaient les siennes), Bob fit lentement route vers la ville. Ce n'est visiblement pas de cette façon qu'il aurait dû mener son enquête. VOUS AVEZ PERDU.


[15]
Le petit vieux continua :
"Le yeu est passé innaperçu lors de sa sorti car à l'época les grandos RPGS et tactical RPGs fleurissaient sur Super Famicom. Au fait, yé vous ai déya parlé de Samba de Am..." Le vieillard partit sur une autre sujet sans intérêt pour Satan.
• Bob demanda au vieux des précisions sur le jeu.[54]
• Bob demanda au vieux des précisions sur l'éditeur du jeu.[39]


[16]
Bob, grand fan de cocktails, se demandait s'il en existait de bons à base de Campari, ce soda rouge italien amer mais non moins plaisant. Il en fit part à Fab.
"Bien sûr. Tu as notamment l'Americano. Verse, directement dans un verre long "old fashioned" et sur quelques glaçons sympathiques, 4cl de Campari, 4cl de Vermouth (Martini, Cinzano ou Noilly Prat, à ta convenance) et allonge le tout d'eau gazeuse (San Pellegrino par exemple). Ajoute une rondelle de citron pour le contraste des couleurs, et sert à l'instant. On attribue son nom au fait que la boisson fût inventée quand les Alliés américains débarquèrent en Europe en 1917. Mais je ne comprend pas en quoi cela t'aide pour l'enquête, Bob ?"
Effectivemment, il était temps de se mettre au boulot.
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les tacticals et les Tacticalos.[32]
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les jeux de SWAT et les Bikers.[49]


[17]
Bob s'approcha d'une table libre.
"Pas le droit à l'erreur", lança Ed. "Le premier qui râte un coup a perdu la partie. On n'est pas à BBG ici, même si je sens que tu aimerais avoir une sauvegarde automatique, des continues infinis et trois fichiers de sauvegarde différents pour gérer des équipes totalement différentes sur la même cartouche."
• Satan demanda ce qu'il y avait à gagner... et à perdre.[59]


[18]
Vous tenez vraiment à finir cet article sur une note *très* pessimiste ?
• Hum, je plaisantais voyons.[12]
• Oui car je suis un lecteur idiot. Szriftgiser président ![14]


[19]
Satan observa la table des joueurs de cartes. Deux des trois joueurs avaient déjà quelques doigts en moins : il semblait certain qu'il s'agissait du Tiago Negro, une variante locale du Black Jack, également appelé [vingt-et-un] de par chez nous. La différence résidait dans la nécessité de se couper un doigt en cas de défaite. Le seul joueur aux dix doigts, qui semblait tenir la banque, nota l'intérêt de Bob pour la partie et l'invita à la table pour tenter sa chance. Bob savait qu'il pourrait échanger une victoire contre des informations précieuses... mais il ne lui goûtait point de devoir changer de cul pour se gratter le doigt (ou l'inverse, je ne sais plus) en cas de défaite. Bob...
• ...partit discuter avec le barman antipathique.[07]
• ...alla voir le guitariste.[45]
• ...decida qu'il en savait assez et quitta le restaurant.[02]
• ...accepta la proposition du joueur aux dix doigts.[devinez!]


[20]
Bob méfia avec pénétrance dans la blanchisserie. On entendait distinctement les machines tourner, brisant ainsi le silence de la boutique. Derrière un comptoir formidablement propre, un petit vieillard fit son apparition. Satan voulut engager la conversation, mais celui-ci semblait déjà en plein monologue.
• Bob tendit l'oreille...[05]
• Bob interpella le vieil homme.[54]

.

[21]
Bob s'asseya à la table, entouré des deux autres joueurs dont les phalanges écourtées semblaient crier le manque de talent au jeu, et qui se contentèrent d'un rôle de spectateur pour cette partie. Face à lui, le joueur aux dix doigts, prêt à distribuer. Les règles étaient simples, atteindre le score le plus proche de 21 sans le dépasser, sachant qu'une figure vaut dix et que l'As vaut 1 ou 11. Bob profita de la distribution pour poser ses premières questions au groupe mais il ne put rien soutirer d'intéressant, sinon le fait que le jeu proposait des décors aussi variés qu'un bureau, un grand magasin, une jungle, une mine, une entreprise désaffectée...Le seul homme d'intérêt à cette table était sûrement le joueur aux dix doigts, qui avait finit a ditribution.
Bob se retrouvait avec un 8♥ et une carte retournée. Il était dans une situation critique. Si la carte masquée était forte, il risquait de dépasser le score de 21 en piochant une nouvelle carte. Mais s'il s'agissait d'une carte faible, il se retrouverait avec un score pitoyable... Face à lui, le joueur aux dix doigts avait pioché un Roi♣ et une carte retournée, et décida de s'en tenir là. La situation était difficile. Ca tombe bien, BBG aussi, et il faudra de la patience pour venir à bout de chaque mission.
Une goutte de sueur traversant le long de sa joue, Bob décida ...
• ...d'en rester là et de retourner sa seconde carte.[06]
• ...de demander une nouvelle carte.[34]


[22]
Satan bondit dans la pièce. Il s'agissait d'une chambre d'hôtel assez mal entretenue. Devant lui, une femme nue (mais de dos, zut !) aux formes immodéremment délicieuses. Occupée par une discussion téléphonique, elle ne l'avait pas entendu entrer.
• Bob se cacha sous le lit.[48]
• Bob resta derrière elle et contempla son arrière-train.[58]


[23]
Le barbier montra l'objet à Bob. Il s'agissait d'une sorte de disque de jade, avec une de ses faces gravée et représentant un dragon, l'autre étant parfaitement lisse, au point qu'on aurait pu s'en servir comme d'un miroir. En observant bien, Satan remarqua qu'un petit numéro était marqué dans l'oeil du dragon : 23. Le barbier expliqua qu'un asiatique mystérieux avait oublié cet objet. Il avait passé son temps à poser moults questions au sujet du jeu, comme Bob. Plus étrange encore, en sortant il avait demandé la direction de la salle de billiard préférée des CounterStrikerBikers...
• S'il s'agit du premier miroir de jade que vous trouvez, conservez soigneusement le numéro inscrit dessus et foncez poursuivre l'enquête dans les bas-fonds du West Side ![42]
• Si vous avez trouvé les deux miroirs de jade, additionnez les deux nombres trouvés sur les miroirs et rendez-vous au paragraphe correspondant pour la conclusion de cette enquête !


[24]
"Les rivalités de gangs, Bob. Pendant un temps ça faisait marrer le quartier : ces couillons passaient leur temps à danser sur des chansons idiotes au lieu de se filer des coups de poing ; mais là ils sont passés à des trucs plus sérieux. Les Tacticalos, des immigrés de seconde génération fans de jeux comme Shining Force, Tactics Ogre, Hoshigami ou Langrisser, ont pris le contrôle des petits commerces : blanchisseries, restaurants, salons de coiffure... De l'autre côté de la rue, les CounterStrikerBikers, derrière leurs grosses cylindrées et leur passion pour les jeux de SWAT comme Counter Strike, SOCOM, Rainbow 6 ou Rogue Spear, ont la main-mise sur les docks du vieux port. Inutile de dire que devant deux philosophies aussi opposées, ça cohabite mal."
• Bob n'avait toujours pas son verre mais écouta la suite.[09]


[25]
Oups ! Bob glissa sur une fiante de pigeon, il fallait se rattraper au plus vite !
• Satan tenta d'attraper la rembarde de la fenêtre.[29]
• Satan tenta de s'agripper au poteau.[56]


[26]
Une serviette chaude s'écroula sur le visage relaxé de Satan, et le barbier commença un petit massage tonique sur son cuir chevelu mais pelliculaire. Une lichette de conversation s'intercala entre les doigts agiles du bonhomme. Satan demanda pourquoi certains considéraient que BBG n'était pas un vrai Tactical. Tout en étalant de son blaireau broussailleux la mousse sur les joues délicates de Bob, son interlocuteur interlocuta :
"Certains disent qué cé n'est pas oune vrai tactical, même ici. Lé propre des tacticals est dé fournir entre les missions oune enrobage scénaristico, mais ici rien, on enchaîne les missions sans véritable scénario. Donc c'est presque plus un yeu qui utilise les ficelles du tactical en ce qui concerne les batailles, mais rien de ce qui concerne l'ambiance ou une histoire qui serait racontée, c'est oun poco frustrant... Mais c'est danyereux de parler de ça ici, gringo..." Et la lame du barbier de s'approcher dangereusement de la carotide de Bob, qui...
• ...pensa : "moi je dis, y bluffe".[33]
• ...repoussa le barbier violamment avec ses coudes.[10]


[27]
"les Tacticalos ? Quelle bande de crétins. Ils disent que Ball Bullet Gun est un tactical par exemple. Pff, un jeu sans histoire , sans scénario, juste des mises en situation, et puis reprenant totalementl'univers des SWATs, avec ses missions propres à "nos" jeux, et ses personnages... t'as déjà vu un Sniper ou un poseur de bombes dans un tactical, toi ?
- Euh, je crois pas...
- Voilà, exactement. Un p'tit billiard ?
"
• "Pourquoi pas ?" répondit Bob.[17]
• "Euh non merci, je les digère mal." répondit Bob.[50]


[28]
Alors qu'il atteignait l'entrée, Satan identifia dans le hall quelques uns des Bikers de la salle de billard. Visiblement Ed shött comptait sur ses hommes de main pour protéger l'endroit. Que pouvait-il y avoir de si précieux dans cet hôtel miteux ?
Bob décida de tenter de passer par derrière...
• Tu sais, par ce long tunnel tout sombre qui sent pas très bon.[52]


[29]
Bob se rattrapa de justesse à la rembarde. Mais celle-ci semblait branlante et sur le point d'accompagner Satan dans sa chute !
• Son seul recours était de bondir dans la chambre.[03]


[30]
Satan tendit l'oreille. La fille semblait au téléphone, elle avait un accent étrange...
"Alors patron, quelles sont les consignes ?"
(pas de réponse audible)
"Bien sûr, que voulez-vous savoir cette fois-ci?" Hmmm Bob entendait mal. Il ne pouvait pas même distinguer si l'interlocuteur de la fille était dans la même pièce ou si elle discutait au téléphone.
• Bob s'approcha encore du rebord de la fenêtre.[25]
• Bob bondit carrément dans la pièce.[03]


[31]
Le barman sourit puis embarrassa Bob d'une corbeille de chips offertes par la maison.
• Satan sentit qu'il pouvait l'interroger sereinement.[43]


[32]
Satan voulait en savoir plus sur les Tacticals et les Tacticalos. Fab ne fut pas avare en informations.
Bob apprit ainsi que les Tacticals, appelés également "Tactical-RPGs", "T-RPGs" ou encore "bouffeurs-de-vie-sociale", sont des jeux mettant en scène des gestions stratégiques et scénarisées de combats d'armées. L'armée du joueur comprend plusieurs protagonistes hétéroclites possèdant généralement des compétences particulières, par exemple un soigneur, un gros frappeur et un magicien... Les fans de ces jeux en très grande majorité japonais passent leur temps à comparer les statistiques de chaque personnage et chaque objet pour trouver les meilleures associations possibles afin de finir les cartes de chaque bataille avec le moins de pertes et le plus d'expérience engrangée possibles.
Pour savoir en quoi Ball Bullet Gun se rapprochait de ce genre de jeu, il suffisait d'aller interroger la centaine de Tacticalos qui peuplaient le West Side, grand fans de tacticals et jamais avares d'explications en tout genre. Un petit vieux notamment, le père José, passait son temps à radoter sur les qualités de Ball Bullet Gun à la blanchisserie du coin de la rue ; il ferait une cible de choix pour débuter l'enquête. Mais Fab mit Bob en garde : comme on le sussurait à l'oreille des enfants qui n'avaient pas été sages, "Les Tacticalos, c'est des gringos muy danjéros !" et mieux valait ne pas se les mettre à dos, les cent. (hum, je...)
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les jeux de SWAT et les Bikers.[49]
• Bob décida qu'il était temps de quitter le Gillian's.[01]


[33]
Le geste fût précis, la coupe rapide.
Le visage de Bob resplendissait. Jamais il n'avait été aussi bien rasé. Pour un peu, il embrasserait son reflet, tiens... Le barbier s'éclipsa quelques secondes dans l'arrière-salle et revint avec un objet étrange.
• "Yé pense que ceci vous intéressera."[23]


[34]
Bob, les mains moites, fit signe au joueur aux dix doigts de distribuer à nouveau.
Bob retourna la carte masquée... il s'agissait d'un 3♠. Bob se retrouvait maintenant avec 11 points et une nouvelle carte retournée. Il fallait sûrement en rester là. Son adversaire se retrouvait lui avec 17 points, ayant retourné un 7♦.
• Bob retourna sa dernière carte...[55]


[35]
Bob resta planqué aussi longtemps que les Bikers patrouillèrent dans les ruelles adjacentes... ceux-ci avaient décidé de se séparer en plusieurs unités, chacun assumant un rôle spécifique, comme dans les jeux de SWAT. Et donc comme dans Ball Bullet Gun : l'équipe est élaborée par le joueur au début de sa partie. Il doit choisir 8 soldats parmi ceux proposés en prenant compte de la classe du perso :
-Le Leader, qui peut vérifier à tout moment les stats de l'équipe.
-L'Attack, soldat de base pouvant lancer des grenades.
-Le Sniper, capable de tirs précis supplémentaires.
-Le Defense, soldat de soutien capable de soigner.
-Le Task Force, soldat rapide pouvant poser des mines.
De plus chaque classe propose trois persos aux profils légèrement différents (visée, résistance) pour customiser son équipe du mieux possible. Satan profita de la diversion créée par le très intéressant paragraphe précédent pour s'échapper dans les ruelles sombres du West Side ; quelle ne fut pas sa surprise de surprendre Ed shött pénétrer dans un hôtel de passes, le Flash Bang Hotel !
• Bob suivit son suspect aussi discrètement que possible.[28]
• Bob décida de faire le tour de l'hôtel.[04]


[36]
"Fire in The Hole !" lâcha Satan, sûr de son petit effet.
Le murmure approbateur de l'assemblée donna raison à Bob. Soulagé, il s'approcha fort naturellement du petit bar adjacent à la caisse. Un colossal barbu au regard menaçant lui barra le chemin.
"Salut garçon. Tu m'as l'air d'un brave gars ! Mon nom est Ed Shött, je suis le leader des CounterStrikerBikers. Je peux t'offrir un verre et te demander de m'expliquer ce que tu fais là ?" Et Bob d'enchaîner les banalités d'usage, avant d'embrayer la conversation sur...
• ...Ball Bullet Gun.[53]
• ...les Tacticalos.[27]
• ...la recette des côtes de porc à la sauce moutarde.[08]


[37]
Satan s'extirpa de la benne en vitesse. Sa jambe gauche lui faisait un mal de chien, mais il fallait fuir au plus vite et se plaindre eut été un luxe qu'il ne pouvait se permettre. Bob trouva éparpillé dans la ruelle le contenu du sac de la fille, qui avait effectué un joli vol plané. Parmi les stylos, rouges-à-lèvres et diaphragmes habituels, il remarqua 3 objets hétéroclites : un plan des docks de la ville, un ticket d'avion mentionnant un vol en partance pour Tôkyô le lendemain et un objet plus étrange encore. Il s'agissait d'une sorte de disque de jade, avec une de ses faces gravée et représentant un phoenix, l'autre étant parfaitement lisse, au point qu'on aurait pu s'en servir comme d'un miroir. En observant bien, Satan remarqua qu'un petit numéro était marqué dans l'oeil du phoenix : 37. Bob comprit alors bien des choses...
• S'il s'agit du premier miroir de jade que vous trouvez, conservez soigneusement le numéro inscrit dessus et foncez enquêter chez les tacticalos, en commençant par cette trop calme buanderie au coin de la rue.[20]
• Si vous avez trouvé les deux miroirs de jade, additionnez les deux nombres trouvés sur les miroirs et rendez-vous au paragraphe correspondant pour la conclusion de cette enquête !


[38]
Bob alla vers la porte de la chambre quand il vit la poignée de celle-ci pivoter : quelqu'un était sur le point d'entrer !
• Satan se réfugia dans la salle de bain.[46]


[39]
Bob voulut en savoir plus sur I'Max. Selon notre vieillard, qui semblait savoir ce qu'il radotait, I'Max est un petit éditeur formé par d'anciens d'Irem. On leur doit notamment la série Dual Orb sur SFC, ou encore quelques jeux Saturn comme Bakuretsu Hunter, Cyberdoll ou la localisation japonaise de Worms. Le développement quant à lui était issu de l'effort conjoint des studios Search Astonish Sytem et Foot Step System. Le vieillard l'aiguilla sur un bar-à-tapas non loin de la blanchisserie. "Là bas, boucoup dé monde il connaissait bien lé yeu, vous dévriez y poser des préguntas, yé veux dire, des "questiones"..." Bob se mit en route.
• Peu convaincu, il rebroussa chemin vers la salle de billiard.[42]
• Bob, un pâté de maison plus loin, se retrouvait face au bar-à-tapas.[57]


[40]
Sans crier "gare!", ni "aéroport!", ni "station de métro!", Satan balança un grand coup de boule à son vis-à-vis, saisit sa queue (de billaird) et la fracassa contre ses genoux. Les autres clampins eurent tôt fait de l'entourer, mais Bob récolta les boules (de...) sur la table adjacente et se fraya un chemin en bombardant ses opposants jusqu'à la porte de service. Ils n'avaient pas prévu ça, et pourtant Dieu sait si les jeux de SWAT mettent le joueur dans des situations variées, Ball Bullet Gun n'échappant pas à la règle ; on retrouve dans ce titre des scénarii aussi variés que :
- tuez les tous
- tuez le leader
- sauvez les otages
- protégez le président
- capturez le drapeau
- "shoot the can"
Notre fugitif aurait adoré ce dernier, un scénario où il faut flinguer toutes les canettes de soda adverses de l'adversaire. Des missions en grande majorité très sympas, plus agréables en tout cas que de se retrouver poursuivi par une meute de Bikers en furie.
• Bob se réfugia dans la ruelle, sous une pile de détritus.[35]

.

[41]
Satan escalada tant bien que mal le mur à l'aide du poteau. Il agrippa avec difficulté la rembarde de la seule fenêtre ouverte. On entendait une voix féminine dans la chambre...
• Bob tenta de garder l'équilibre et de rester hors de vue.[30]
• Bob surgit par la fenêtre.[22]


[42]
Bob approcha la salle de billiard enfumée que ses néons roses défaillants baptisaient "S M'S SNI ER NOOK R", et devant laquelle multiples Harleys étaient garées tels (petite envolée lyrique de circonstance) de fiers destriers à l'abreuvoir d'un saloon de Western, le soleil couchant magnifiant les téméraires tumbleweeds de l'ouest sauvage(fin de l'envolée). Derrière une porte lourde et encrassée, le brouillard épais typique des tripots enfumés enveloppa Satan jusqu'à la gorge. Les occupants des lieux remarquèrent bien vite que Bob ne portait ni vêtements en cuir, ni canette de bière. Il était grand temps d'agir intelligemment pour détendre l'atmosphère pesante due à l'interruption de notre héros. Satan dévisagea l'assistance et lança nonchalemment :
• "Fire in The Hole !" [36]
• "Bien le bonjour !" [12]
• "Salut les pédés !" [18]


[43]
Satan interrogea le barman sur ce qu'il savait de Ball Bullet Gun. Celui-ci connaissait peu le jeu personnellement, mais il avait recueilli nombreuses confessions de joueurs invétérés à son comptoir. Avant chaque mission, on compose son escadron (dont le nombre de soldats dépend de la mission) parmi les huit persos de l'équipe, chacun ayant une spécialité, et le leader de l'équipe devant faire absolument partie de l'escadron. On choisit également l'équipement des persos (une arme de base et une arme secondaire), puis on se lance à l'assaut. Une fois la mission remportée, chaque personnage participant à la mission voit ses caractéristiques boostées, et en fonction de la rapidité de la conclusion, le joueur débloque une ou plusieurs armes supplémentaires dans l'arsenal de son équipe.
Le barman savait également que la clientèle du Ogre Barbershop comprenait quelques Tacticalos qui ne voyaient pas BBG comme un vrai Tactical... peut-être en savaient-ils plus sur la disparition du jeu ? Bob...
• ...partit écouter le guitariste.[45]
• ...observa la table des joueurs.[19]
• ...décida qu'il en savait assez et quitta le restaurant.[02]


[44]
Si vous lisez ce paragraphe, vous n'êtes qu'un vil tricheur démasqué, puisqu'aucun choix n'y mène. Honte sur vous méprisant lecteur, que la malédiction d'Apoumbapoum s'abatte sur votre descendance jusqu'aux quarante-quatre prochaines générations. Bouh !


[45]
Bob tendit l'oreille vers le guitariste qui s'empressa devant son public restreint de titiller son organe (la bouche, hein... je précise):
"Ayayayayay señorita qué y'aime tes yeux dé belours
Mais yé préfère encore Ball Bullet Gun à ton amour !
Car l'action s'y déroule au tour par tour...
"
Tiens, ça parlait du jeu, pur coup de bol scénaristique. Bob écouta patiemment la tirade romantique du piètre chanteur. Il put cerner un peu mieux pourquoi BBG est considéré comme un tactical par beaucoup. Chaque équipe (SWAT puis terroriste) joue par tours alternés. Chaque personnage de l'équipe a un certain nombre de points d'action (AP), qu'il peut utiliser quand il veut et comme il veut. Ainsi il peut utiliser la moitié de ses AP pour se déplacer, débusquer un ennemi, puis le joueur utilisera d'autre personnages avant de revenir sur ce personnage tant qu'il lui restera des AP. Ainsi sur le même tour, tout personnage de l'équipe reste jouable tant qu'il n'est pas désactivé, soit par choix du joueur, soit par obligation (0 AP). Le jeu est donc un des tacticals les flexibles qui soit, puisqu'on peut établir des stratégies de groupe en faisant bouger tout le monde puis en tirant indépendamment, ou en demandant à un tireur isolé de ne pas bouger mais ainsi lui laisser l'occasion de tirer un nombre incalculable de fois, ou demander à un personnage plusieurs déplacements et actions rapides et peu coûteuses en AP dans le même tour.
Le guitariste s'en alla se rafraîchir quelques instants. Satan se leva puis...
• ...partit discuter avec le barman antipathique.[07]
• ...observa la table des joueurs.[19]
• ...décida qu'il en savait assez et quitta le restaurant.[02]


[46]
Bob se réfugia dans la salle de bain et ferma la porte sans un bruit. il entendit une forte voix, celle d'Ed shött sans aucun doute :
"Alors ma chérie, tu ne t'es pas trop ennuyée ?
- Non mon petit flamand rose des îles...
- Pourtant on s'amusait plus avant, quand je ramenais Ball Bullet Gun... tu te souviens ? Pfff... cette merveilleuse option qu'était le jeu à deux, où l'on pouvait faire affronter les différentes équipes sauvegardées... un mode absolument génial, qui le différencait de la quasi-totalité des Tacticals... voilà ce qui en faisait un des nôtres *snif*
- Arrête, tu te fais du mal.
- Et cette idée géniale d'afficher un écran spécial lors du changement de tour pour que chaque joueur puisse jouer son tour sans que l'autre ne regarde l'écran *snif* c'était brillant *snif* Si jamais je retrouve l'enfoiré qui nous a piqué ce jeu...
"
Satan en avait appris suffisamment. Les Bikers n'étaient pas à l'origine du vol, et surtout ce jeu incroyable possédait un mode 2 joueurs. Il était temps de se casser d'ici vite fait. Bob cogna le poing contre la fenêtre... elle semblait ne pas offrir trop de résistance. Sous celle-ci, trois étages plus bas, la benne à ordures de l'hôtel. Bob dût se réqoudre à faire le grand saut. Il trouva le sac de l'asiatique beauté sous le lavabo, et s'en servit comme projectile pour briser le carreau de la fenêtre, avant de plonger les fesses les premières par sa sortie de secours improvisée.
• YAaaaAaaAAaaAaAaaaAaAaaAAaAAAAHHH ![37]


[47]
Le barman grogna puis se détourna de Satan.
• Notre détective au foie périmé tenta bientôt une nouvelle approche.[07]


[48]
Bob se cacha sous le lit pour éviter tout mauvaise surprise ; mais la conversation téléphonique fût plus difficile à suivre :
"Oui patron, je l'ai. Ce fût facile, oui. ...Aussi facile que la gestion des armes dans (inaudible) Gun. ...Mais si, vous savez bien, on attribue une arme principale et une arme secondaire à (inaudible)ersonnage. ... oui voilà, et ensuite on choisit parmi la pléthore d'armes dispo(inaudible)tes basées sur des vraies : Smith & Wesson, Beretta, AK-47, PSG-1, (inaudible) Aug... autant d'armes connues des amateurs de jeux comme Counter Strike ou (inaudible)... oui, on voit clairement dans le menu quelles sont les caractéristiques des armes... et surtout un damier réprésente la capacité de chaque arme à toucher sur les cases de visée, ainsi (inaudible) sont meilleures à mi-distance, d'autres uniquement à longue (inaudible), d'autres au corps-à-corps... enfin c'est encore plus simple à essayer soi-même qu'à expl(inaudible) enfantin... le facteur de réussite de tir ? Oui il dépend principalement de cette donnée, mais également du terrain, des capacités du perso, de (inaudible) l'adversaire... le tout est montré par un tableau avant chaque tentative de tir, avec le coefficient d'importance de chaque (inaudible) c'est fascinant."
• Bob attrapa les délicieuses chevilles de la fille, pour rire.[03]
• Bob resta prudemment sous le lit.[51]


[49]
Satan avait besoin de précisions sur les jeux de SWAT et les CounterStrikerBikers. Fab le renseigna autant que faire se peut. Les "jeux de SWAT" profitent de la fascination qu'exercent sur les foules les corps spéciaux de l'armée ou de la police : des hommes surentrainés, souvent classieux et équippés des dernières trouvailles technologiques. Certains jeux comme Night Trap ou Opération Jupiter avaient déjà ouvert la voie à l'exploitation d'un tel filon, mais ce sont l'avènement de la 3D et le succès des FPS réalistes qui ont le plus bénéficié au dévelopement de jeux sur ce thème. On y contrôle une escouade d'hommes surentraînés devant déjouer les multiples pièges et manigances de terroristes ou d'armées adverses. Chaque membre de l'équipe a généralement un rôle bien spécifique, comme celui très prisé de Sniper. Ces jeux ont du reste popularisé les phases de snipe, les missions de nuit avec vue infrarouge mais également l'amélioration constante de l'IA dans l'univers des jeux vidéo en général.
Les CounterStrikerBikers en étaient des fans acharnés, jouant en réseau local ou sur le net jusqu'à des heures inavouables. Ces fans de bière et de grosses bécanes se réunissaient souvent au Sam's Sniper Snooker, une salle de billiard enfumée réputée pour ses bagarres incessantes. Fab prévint toutefois Bob d'une règle non écrite très importante quand on approche les Bikers : ne jamais *au grand jamais* évoquer la recette des côtes de porc à la sauce moutarde.
• Bob voulait en savoir un peu plus sur les tacticals et les Tacticalos.[32]
• Bob décida qu'il était temps de quitter le Gillian's pour mener l'enquête.[01]


[50]
Satan partit faire un tour aux toilettes. Par chance, il restait juste assez de papier pour son affaire, et Bob laissait le trône orphelin du moindre petit papier rose salvateur. Le retrogaming detective in disguise alla à la rencontre d'autres bikers. Il apprit ainsi qu'un aspect qui rapprochait BBG de l'ambiance des jeux de SWAT plus conventionnels était le fait que les persos avaient très peu de points de vie, et qu'il suffisait généralement de les toucher 3 ou 4 fois pour s'en débarrasser. Le combat pur était donc désavantagé, mieux valait parier sur la surprise, l'anticipation, les déplacements en groupe et surtout sur la rapidité d'exécution. Soudain, Satan fut sévèrement retenu par l'épaule. Un biker, armé d'une queue (de billiard, hein, je précise), l'agressa verbalement :
"Dis-donc espèce d'enfoiré, t'as fini TOUT LE PAPIER-TOILETTE sans prévenir, sans recharger, sans... penser à ton prochain ? T'es du genre fatigué de la vie, toi, non ? Pourtant, t'as en face de toi un jante-le-mène, qui va te rosser correctement, sans saloper le parquet, façon posée polie bon chic bon genre : avec la manière, en somme."
• Bob dévisagea son vis-à-vis.[40]


[51]
Un courant d'air se fit sentir dans la pièce. La jeune fille se leva et alla fermer la fenêtre. Bob se glissa hors de sa cachette avec la grâce d'une otarie paraplégique, et se retrouva face à deux choix.
• Sortir de la chambre, vite ![38]
• Se réfugier dans la salle de bain, vite ![46]


[52]
• Soudain, Satan surprit une patrouille de bikers approchant l'arrière-cour de l'hôtel. Il fallait agir vite, et il ne lui restait plus que deux solutions : grimper au tuyau accroché au mur puis tenter de forcer une des fenêtres aux étages supérieurs, ou fuir dans la direction opposée, se cacher dans la blanchisserie et poursuivre son enquête chez les Tacticalos où les Bikers n'iraient pas le chercher.
• Bob s'agrippa au poteau et grimpa avec hâte.[41]
• Bob courut se réfugier dans la blanchisserie.[20]


[53]
"Ball Bullet Gun ? Un bon petit jeu de SWAT comme on les aime, d'autant qu'il reprend beaucoup d'éléments préférés des joueurs. En fait il ne s'agit pas vraiment d'un jeu de SWAT mais d'une simulation de Survival Game. Les Japs en particulier adorent ces rendez-vous en forêt où l'on "joue à la guerre", soit avec des armes projettant des billes en plastique, soit avec des paintballs. Donc BBG s'offre même le luxe d'éviter les indignations de mères de famille outrées par les fantasmes tacticalo-militaires de leurs gamins. Un petit billard ?"
• Bob accepta.[17]
• Bob refusa poliment.[13]


[54]
Satan interrogea le vieil homme :
"Si hombre. Yé peux t'expliquer plein de troucs sur lé yeu... en fait, tout rémonte à mon arrivad dans cette ville il y a bientôt 77 años... y'étais pequeño à l'época et mon rêve lé plous fou était de parcourir lé contin...*Hum* bon on va résumer, hein : Bob apprit que Ball Bullet Gun était un bon petit jeu d'I'MAX irréprochable techniquement. Les animations étaient réussies (pour un tactical du moins). Ses graphismes en SD tout mignons et surtout variés faisaient un peu penser aux premiers Albert Odissey ou encore à Arc The Lad sur Playstation. Quant à l'environnement sonore, il mélangeait habilement musique d'ambiance typique de jeux idiots japonais et compositions militaires. Voilà, c'est bon, on peut reprendre l'histoire...et boilà comment yé souis dévénu lé patron de cette blanchissérie. Hombre. Hombre !? Tu té réveyes ? Yé fini."
• Bob décida d'interroger l'homme sur I'Max.[39]


[55]
...6♠ !
Satan, soulagé, pouvait embrasser chacun de ses dix doigts. Son adversaire malheureux sortit un petit coupe-cigare maculé de sang pour mettre à exécution la sentance réservée aux perdants... mais Bob intervint.
"Mon gars, je t'échange cette peu ragoûtante démonstration de virilité contre l'information la plus extraordinaire que tu puisses me donner sur Ball Bullet Gun.
- Gringo, yé vais té déboiler lé grand secreto qui caractérise cé yeu et lé différencie des autros tacticals : on ne boit pas les ennemis.
-QUOI !?
"
Et oui Bob, on ne boit... pardon, on ne voit pas les ennemis dans BBG. Je m'explique : au début du combat, on ne voit que ses personnages. Impossible de dire où se trouve l'équipe adverse. Heureusement il en est (théoriquement) de même pour l'ordinateur. Lors du tour des terroristes, on voit un écran spécial avec leurs sprites bouger face à un sprite allié, dans une représentation proche des RPGs classiques. S'il font feu, ont les voit tirer sur cet écran. Une aide utile pour les japonisants est que les soldats de votre équipe transmettent des infos par radio dans ce même mode s'ils ont vu passer un ennemi, vous aidant à repérer où ils se cachent. Le seul moyen de faire apparaître un ennemi est qu'il soit dans le champ de vision d'un de vos persos à la fin de son déplacement, ou qu'en plein mouvement vous fassiez appel à la commande search, qui coûte plusieurs points d'action. Comprenez donc qu'une bonne gestion des éclaireurs et du travail en binôme (un soldat pour débusquer, un pour punir) sera nécessaire pour mener à bien la mission. Génial, non ?
Bob se remit lentement de cette révélation détonante... qui aurait pu vouloir kidnapper un tactical aussi sympa ? Et pourquoi ? Ca ne pouvait pas être que pour l'argent, sûrement pour des raisons plus romanesques : une histoire de veangeance, ou peut-être un acte à caractère politique. Bob s'excusa, puis se dirigea vers...
• ...le gringo à la guitare chaleureuse.[45]
• ...le barman antipathique.[07]
• ...la sortie.[02]


[56]
Malheureusement le poteau était trop loin pour les doigts boudinés de Bob, qui se retrouva encastré dans la benne à ordures de l'hôtel. Il s'en extirpa à grand peine, se frotta le postérieur endolori, retira la peau de banane pourrie étalée sur son front et dût rejouer les Catherine Destivelle de l'aggloméré contre le truculent poteau du mur de l'hôtel.
• Satan se mit à l'ouvrage sans tarder.[41]


[57]
Une ambiance familiale et décontractée, un fond sonore assuré par un gringo à la guitare chaleureuse, un mauvais payeur devant passer son bras au hachoir électrique... nous sommes bien au Fuerza Brillante, le bar-à-tapas préféré des Tacticalos, si señor ! Bob s'asseya à une table isolée, parfaite pour observer la scène.
A sa droite, le joueur de guitare. Devant lui, trois Tacticalos en train de jouer au Tiago Negro, une variante sanglante du Black Jack. Enfin de l'autre côté du restaurant le dévisageait un barman antipathique aux sourcils aussi broussailleux que son crâne était d'oeuf.
Le bruit pittoresque des pâles du ventilateur au plafond empêchait Satan de surveiller avec attention l'ensemble de la salle. Il décida de concentrer ses efforts sur...
• ...le gringo à la guitare chaleureuse.[45]
• ...le barman antipathique.[07]
• ...la table des joueurs.[19]


[58]
Tout en profitant de la vue, Satan écouta la suite de la conversation :
"Oui patron, je l'ai. Ce fût facile, oui. ...Aussi facile que la gestion des armes dans Ball Bullet Gun. ...Mais si, vous savez bien, on attribue une arme principale et une arme secondaire à chaque personnage. ... oui voilà, et ensuite on choisit parmi la pléthore d'armes disponibles, toutes basées sur des vraies : Smith & Wesson, Beretta, AK-47, PSG-1, H&KMP5-Navy, Steyr Aug... autant d'armes connues des amateurs de jeux comme Counter Strike ou SWAT3... oui, on voit clairement dans le menu quelles sont les caractéristiques des armes... et surtout un damier réprésente la capacité de chaque arme à toucher sur les cases de visée, ainsi certaines sont meilleures à mi-distance, d'autres uniquement à longue portée, d'autres encore au corps-à-corps... enfin c'est encore plus simple à essayer soi-même qu'à expliquer, c'est enfantin... le facteur de réussite de tir ? Oui il dépend principalement de cette donnée, mais également du terrain, des capacités du perso, de celles d'esquive de l'adversaire... le tout est montré dans un tableau avant chaque tentative de tir, avec le coefficient d'importance de chaque donnée... oui effectivemment c'est fascinant."
D'un coup, la jeune fille se leva et se retrouva nez-à-nez avec notre voyeur de Bob...
• ...qui profita de la vue, le salaud ![03]


[59]
Ed saisit une queue (de billiard) et la pointa en direction de Satan.
"Petit, tu as bien du courage. Rien à gagner, mais le premier qui perd se prend un coup de queue (de billiard) dans les parties (de bil... ah non).
- C'est... euh... je voudrais reconsidérer mon choix...
- Trop tard HAHAHA.
" Et toute la salle de rire avec son chef.
Bob se concentra sur son premier coup. Il savait qu'il ne fallait surtout pas rentrer la noire. Il visa longtemps...
Quelques secondes plus tard, il eut de quoi être soulagé : il n'avait pas touché la noire. En fait il n'avait touché aucune boule, et le tapis du billiard se retrouvait avec une entaille de 36cm. Bob n'était pas très doué, au billiard. Ed s'approcha de lui l'air goguenard et prêt à faire usage de sa queue (de bi... enfin, vous savez).
• Il était grand temps pour Bob de faire usage de sa tête.[40]


[60]
Une silhouette s'extirpa discrètement du hangar 60 et se dirigea, Ball Bullet Gun en main, vers les docks avec précaution. Pourtant, elle ne parut pas surpise de la récéption qui l'attendait. Bob, Smith et Wesson avaient certes oublié les fleurs mais pas la procédure :
"Je vous conseille de ne plus esquisser un geste, mon cher.
- Monsieur Satan... Félicitations ! Vous pourriez dans vos rares moments de sobriété passer pour un brillant Retrogaming Detective. Je suppose que ce sont les miroirs qui m'ont trahi.
- Et le billet pour le japon. Et la carte des docks. Et le barbier. Et surtout la visite de tous ces endroits miteux de la vie de tous les jours, scénarisés comme dans un mauvais film de Kung-Fu des années 80. Tout est fini... Yu Suzuki.
- Effectivemment, vous avez retrouvé le coupable, la victime...
- ...mais pas tellement le mobile, à vrai dire.
- Bah l'argent des deux rançons, crétin.
- Ah oui... c'est-à-dire que... j'aurais espéré un truc plus romanesque : une histoire de veangeance, ou un acte à caractère politique...
- Mais non, la thune ! J'ai plus un rond pour financer Shenmue, Sega m'a coupé les vivres. Alors je me débrouille comme je peux : ventes d'organe de sans-logis, chantages auprès des communautés, braquages de petits commerces, portages foireux sur les dernières consoles, prostitution de mineurs...
- Ah l'ordure... des portages foireux !"
Satan coffra Yu sans sourciller. Il avait de quoi retrouver le sourire : le criminel démasqué, le jeu retrouvé, le quartier apaisé et surtout l'ardoise du Gillian's effacée, Bob avait plutôt réussi sa journée, pou une fois. Mieux encore, il avait le sentiment d'avoir compris les points forts de Ball Bullet Gun : c'est un jeu mélangeant avec bonheur tactical et SWAT, tout mignon, varié, jouable à deux, au gameplay profond, avec sa pléthore de soldats et d'armes ayant chacun et chacune des caractéristiques uniques, des missions aux objectifs divers et un système de point d'action des plus flexibles permettant un nombre incalculable de stratégies pour la même mission, capable de ravir les fans de deux univers aussi opposés que ces deux genres. Bref, qu'est ce que vous foutez encore là !? Courrez y jouer !



FIN

Merci d'avoir joué le jeu ^^ Si on trouve un patch de traduction un jour, il sera dispo à cette adresse :

(rien pour l'instant, râté ^^)

Voilà voilà c'est fini. Gros merci à G_G pour le dessin. Bob Satan will retourne et bon été à tous !

Voir la galerie d'images

 
 
 
Des questions ? Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter notre forum