Voir les différents jeux testés
Voir la liste des dossiers du site
Voir les liens de Bouledefeu.com

SMSplus

La master system et la Gamegear dans ta spirale, tu le crois ça ?

Monochrome Avalanche

Plateforme : Gameboy
Genre : Tout pleins.
Editeur : Encore plus.
Année : Années 90
Article par : Gentil_graphiste
Dessin par : Gentil_graphiste

 
Welcome to the world of tomorrow !

La gameboy noir et blanc reste un peu à part coté retrogaming, ne serait-ce que parceque son émulation ne retranscrit pas forcémment le plaisir que l'on avait à s'y essayer à l'époque sur ce sacro saint écran dot matrix with stereo. D'un coté, une petite fenêtre bien nette sur des mondes imaginaires, dans son canapé ou en ballade, de l'autre, une image un peu dégueux et désuette sur l'écran du PC au clavier. Pourtant, ne pas s'y replonger, c'est en extrapolant de manière super cheap, comme ne pas regarder certains classiques du cinéma uniquement parcequ'ils sont en noir et blanc eux aussi. L'exemple ne tient pas plus debout que [FREE HARRY POTTER ASIAN TITEUF MP3 PLAYSTATION AMATEUR PORN], faites pas gaffe je génére du traffic, mais vous saisissez l'idée.

Problème, là où un Hitchcock ou un Truffaut vous ferait passer pour un érudit de bon goùt, jouer à un vieux jeu de gameboy monochrome ne vous rapportera qu'un peu de plaisir nostalgique lorsque vos oreilles se régaleront des vieux sons oldschool au possible, et que votre imagination travaillera pour retranscrire l'action en couleurs du coté de votre hémisphère gauche. Hey, attendez, mais c'est déjà énorme ! Voici donc non pas l'article d'un jeu, mais de 10 qu'il me tenait à coeur de vous présenter soit pour leur réelle qualité, soit pour ce petit feeling si particulier et désuet qu'ils dégagent. Prennez le temps de les essayer si votre curiosité est encore alerte !

Un peu de missile avec ton puzzle ?

ZAS

Qui a dit que la gameboy n'avait pas eu de grands shoot'em up sorti des adaptation de Konami ? ZAS tend à prouver le contraire dès les premiers instants, avec des visuels très détaillés, une maniabilité au poil et surtout un level design étonnament efficace. Developpé par T&E Soft, une boite inconnue au bataillon en ce qui me concerne, le jeu est une démonstation technique de ce que l'on peut faire avec une simple GB noir et blanc: beaucoup de sprites, des boss imposants, des distorsions, et tout ça au service d'un jeu nerveux, accompagné de musiques entrainantes et oldschool au possible. Miam Miam, et difficile juste ce qu'il faut en plus.

CHIKI CHIKI TENGOKU

Mélange entre le principe de combinaison d'élement similaires à la puyo puyo et le remplissage de lignes façon Tetris, Chiki Chiki Tengoku a tout du petit jeu simple et passe-temps qui détend en douceur après une journée de boulot. Le jeu fonctionne de la manière suivante: des objets, soit des clefs soit des cloches, sortent d'un tuyau à la mario (même le son est repris). En alignant trois de ces objets de manière verticale, horizontale, ou diagonale, ils ne disparaissent pas...Et non ! Ils se contentent de se transformer en étoiles, et c'est seulement en construisant des lignes d'étoiles que vous pourrez vider l'écran. La combinaison de deux gameplays connus donne un jeu en deux temps, assez lent si on ne commence pas en mode HIGH, mais au parfum des plus sympathiques. Comble du relaxant, afficher la pause en cours de jeu nous donne un "thinking time" qui vous permet d'analyser la situation, et qui désarmorce le stress du haut de l'écran. Mignon, pas complètement terminé, un peu chiant juste ce qu'il faut pour un moment de détente pure, et tout peace. "For a relaxing time, make it Chiki chiki time ".

La nuit tous les ninchats sont gris

CATRAP

Amateurs de casses-têtes et de cute game, ce jeu est pour vous. En vue de profil, vous devez résoudre une suite de tableaux à la Salomon's Key. Pour ce faire, vous ne disposez d'aucun bouton d'action. Rien, quedalle. En passant sur des ennemis, vous les frappez tout seul, en passant sur un rocher, vous le poussez tout seul. Mais là où réside le petit plus génial de Catrap, c'est dans ses boutons A et B: ils vous permettent de remonter le temps ou de l'avancer après avoir fait une bétise. Bien que primaire, l'effet est alors vraiment trippant, et déclenche un petit rictus devant les Blinx et autre Sands of Time qui se vantaient d'être les premiers jeux à proposer cette option. Les petits persos avec des oreilles de chats sont attachants, les puzzles bien trouvés, et avancer dans les énigmes permettra en plus de switcher à tout moment entre les deux héros avec la touche Select pour encore plus de complexité et de fun. Comble de la finition, on peut créer ses propres tableaux à l'aide d'un éditeur bien foutu. La classe.

NINJA GAIDEN SHADOW

Le jeu d'action sur gameboy, c'est cette délicieuse impression de sauver le monde dans un timbre poste. Le simple fait de tourner sur ce support stoppe net toute tentative de se prendre au sérieux, et tant mieux. Toutefois, certains s'en sortent fort bien, comme cet épisode de Ninja Gaiden, suffixé "shadow" parcequ'il reprend un certain nombre d'éléments sonores et de level design du l'épisode NES nommé justement Blue Shadow. Episode dont vous trouverez un vieil article sur boulette également, mais revenons à nos bisounours encagoulés en noir. Si l'épisode Xbox vous a abrutis à coups d'une difficulté de mutant, de caméras capricieuses et de misions fouillies, voici le remède: ici on fonce tout droit, tête baissé, et sabre en avant. Si le système de power up n'est pas aussi fin que l'homologue NES suscité, les thèmes musicaux, les visuels et l'action sont sans faille. Sortez les grapins, ajustez vos sauts, tous ce qui ressemble de près ou de loin à une invasion de robots doit disparaitre. Un brin lent, mais on ne peut plus défoulant.

Préhistoire et fessées anglaises

SPANKY QUEST

Connaissez vous Spanky's Quest, un jeu de tableaux par Natsume (Pocky & Rocky, ce sont eux par exemple) type Bubble Bobble sorti sur Snes et Gameboy? Si ce n'est pas le cas, sachez que sous ce faux air de petit jeu simple, il s'agit d'un très bon soft mais particulièrement ardu. Vous incarnez une petite mascotte stupide, et devez éclater des ennemis en leur jettant une balle d'energie sur le coin du museau. Cette balle d'énergie, vous ne pouvez pas la tirer comme par magie, il va falloir la mériter en faisant des jongles avec un cercle blanc, qui grossira à chaque rebond sur votre tête, et qui sera seulement ensuite transformable à l'aide du 2eme bouton en un projectile efficace. Si vous aimez les jeux demandant une bonne dose d'habileté, et relever des challenges corsés, foncez.

GEIJIN COTTU

Jeu de plateforme à mi-chemin entre PC Kid et Joe and Mac, Geijin Cottu parait à première vue, et à juste titre, des plus classiques: ramasser des notes de musique, sauter et assomer les adversaires seront vos actions les plus fréquentes. La maniabilité est convenue et précise, les graphismes sympas et l'inertie du personnage agréable. Mais, à la fin des mondes traversés, c'est le concert, il va falloir mettre en jeu les notes ramassées lors de séquences de tam-tam improvisées type Simon et autre titres musicaux basés sur le rythme . Un petit détail rigolo qui ne fera pas de Geijin Cottu un grand jeu, loin de là, mais qui termine de le placer dans la catégorie bon petit jeu de plateforme pour les copines en manque de jeux mimis et tous cons.

Aventure au galoow

NOOBOW

Irem qui tente le jeu d'aventure, ca donne ce petit jeu au héros attachant semblable à un pain d'épice, que vous allez aider à traverser de nombreux écrans infranchissables en l'état. Prendre la planche de surf, la poser sur l'eau, tableau suivant, prendre bloc, mettre dans précipice, tableau suivant, prendre baton, lancer au chien, tableau suivant, prendre feuille, sauter dans le vide, etc, etc... Bien sûr, les éléments deviennent de plus en plus complexes, mais l'impression de voyager et la musique réussie vous garderont accrochés un petit moment à n'en pas douter. Cute award pour l'ambiance générale.

VATTLE JUICE

De la même manière que l'on a pas attendu Blinx pour remonter dans le temps, on a pas attendu Ikaruga pour alterner avec un bouton entre le noir et le blanc. Deuxième et dernier shoot'em up de notre sélection, Vattle Juice permet à l'aide du bouton B de switcher entre la couche haute d'ennemis, représentés en négatifs blanchâtres, et la couche basse, formée du terrain et d'ennemis en noir. Une idée bien exploitée dans la mesure où il vous faudra alterner efficacement entre les deux pour éviter des bouts de décors ou récupérer des power-up planqués dans les tourelles au sol. Un jeu un peu terne et moins impressionant et peaufiné que ZAS, mais l'idée est incontestablement là. Et en 1991.

Automobiles péchues et turbo resto chinois

GOURMET PARADISE

Toujours dans un genre qui s'efface de plus en plus avec le temps, aidons cette fois ci Mr Chin à récupérer ses pêches transformées en monstres fourbes et crétins par on ne sait quoi. Pas de scénario en vue, même pas un tout petit bout de prétexte, rien, niet. Juste une mission, faire boucler les dix tableaux et péter le score. Le jeu se déroule de la manière suivante: on pose un bol à l'extremité d'une passerelle, on attend qu'un ou des ennemis arrivent, et on pose un second bol derrière eux. S'en suit une réaction éléctrique entre les bols (oui, c'est n'importe quoi), et hop, les monstres sont transformés en petit culs sur pattes. Il parait que ce sont des pêches, il n'y a plus qu'à les gober. Les levels sont entrecoupés de séquences bonus que l'on caractérisera de gavage de pêches et de points. Rajoutez des briques que l'on explose à coup de tête pour y dénicher des bonus, soupoudrez de musiques guillerettes et sautillantes, faites cuire à feu doux, et votre jeu sans prétention aucune mais doré à point est prêt. Bon ap'.

BANISHING RACERS

Boumbo l'automobile revisié façon vieux dessins animés japonais type Doraemon, voilà comment résumer l'ambiance de ce soft de plateforme. Je m'excuse par avance d'utiliser la première personne pour décrire ce jeu, mais au bout de la deuxième ou troisième partie, j'en suis tombé complètement amoureux. Banishing Racers est le summun du jeu oldschool qui fait plaisir: sa maniabilité raide au pixel près fait retrouver la sensation d'un jeu exigeant mais juste dans la manière dont il pénalise, de même que ses musiques et ses sprites sans charisme ou presque embaument la partie d'un parfum obsolète particulièrement trippant. L'idée de base du jeu, diriger une petite voiture et sauter sur les vilains camions, est tellement dépassée que c'est un véritable plaisir de régresser et d'affronter les mondes et boss de ce jeu réservé aux amateurs de ces plateformers arcade qui ne pardonnent pas, à la manière d'un Tiger Road ou d'un Adventure Island. Merci sincèrement à Jaleco pour ce joli cadeau.



Voilà qui clôt cette série de 10 jeux pour ce début de nouvelle année, et qui je l'espère vous aura convaincu d'en essayer certains. Sachez toutefois que la gameboy est une vraie mine d'or en ce qui concerne les perles bien planquées, et que d'autres éditions de ces dizaines magiques sont à prévoir d'ici quelques temps. Très bon jeu à tous !

 
 
 
Des questions ? Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter notre forum