Voir les différents jeux testés
Voir la liste des dossiers du site
Voir les liens de Bouledefeu.com

Ball Bullet Gun

Une enquête interactive de Bob Satan qui mêle kidnapping de tactical RPG et règlements de compte entre gangs.

Ranma 1/2 : Chougi Ranbu Hen

Plateforme : Super Nintendo
Genre : Combat
Editeur : Rumic Soft
Année : 1994
Article par : Gentil_graphiste
Dessin par : Gentil_g

 
Pragmatisme et sexualité de l'escargot chinois

Ranma Nibunnoichi , ou "un demi" en bon français, reste encore aujourd'hui une gallerie de personnages excentriques très connus bien au delà des frontières japonaises, entre le délire pur, les gags d'art martiaux potaches et de la comédie romantique à l'eau de rose. Une pièce de choix pour pas mal de grands gamins, encore aujourd'hui. Avant d'attaquer l'un de ses jeux dérivés, je vous propose optionellement un bref résumé du point de départ de cette série, optionellement dis-je, car je doute qu'il y en ai grand besoin pour la plupart d'entres vous ... Je me trompe ?

Alors que Ranma Saotome , 16 ans, perfectionnait son karaté sur des bambous au dessus de sources chaudes maudites au fin fond de la chine, son père le fit tomber dans l'une d'elle. Devant une assemblée médusée, il en ressorti changé en fille rousse sexy, et y plongea son père à son tour, qui en ressorti lui changé en gros Panda tout aussi sexy, ou presque. Depuis, à chaque contact avec l'eau chaude ou froide, nos deux compères se transforment sans le vouloir, créant des situations des plus cocaces dans un dessin animé qui a fait le tour de la planète en versions plus ou moins tronquées. Mais pour la première fois, la famille Saotome va enfin pouvoir saisir l'occasion de se débarasser définitivement de la malediction... Tsin tsin, suspens, car une lettre vient d' arriver au dojo, ce matin aux aurores : elle stipule qu' à la condition de retrouver 12 éléments disséminés dans le monde entier, un trésor nommé Maneki Neko - "le chat de la bonne fortune" - peut être découvert. Il a le pouvoir d'exaucer n'importe quels voeux... En voici une sacrée nouvelle, peut-être la fin du cauchemard ! La virilité retrouvée, en route !

Trop vite, tout va trop vite

A peine lancé, ce 4ème opus libellé Ranma 1/2 sur Snes donne une impression claire : un sous-Street fighter 2, plus lent , plus rond , et trop facile. On catalogue vite fait bien fait les personnages disponnibles: Ranma garçon est Ryu , Ranma Fille est Chun-li , Genma le Panda est Honda et pour finir Kuno jouera avec son sabre en bois le dragon punch de Ken. Merci , emballé, pesé , au revoir .

Ah oui mais non monsieur, trop rapide tout ça. Ce n'est pas parceque les précédents étaient plutôt moyens qu'il faut enterrer cet épisode avant de l'avoir correctement essayé ! Faisons le tour du propriétaire un peu plus dignement...

A vrai dire, il serait utile de se demander pour quelles raisons on peut en venir à lancer un jeu estampillé Ranma 1/2. Pour le panda ? Vous allez être servi. Pour les couleurs vives et acidulées ? Idem, c'est plutôt fin et surtout très joli. Pour les gags à deux bambous ? Pareil, les mimiques et les coups des héros sont bien vus, et rappellent à merveille l'univers stupide de la série. Pour jouer à un vrai jeu de baston, technique, rapide et violent ? Evidemment pas, mais, hum... ca peut se discuter.

Un système pas si noob que ça

Car le jeu est pile à mi-chemin entre un soft très easy pour y jouer avec sa copine, et un vrai jeu de combat en un contre un. Quatre boutons , 2 de pieds et deux de poings, quatre ou cinq coups spéciaux par personnages, un bouton de taunt ( provocation de l'adversaire par le biais d'une mimique ) , une jauge de furries ... Tout est là.

Les coups reprennent le schéma initié par Street Fighter : quart de cercle avant + poing pour les armes de jet, mais aussi le coup des trois secondes en arrière + avant avec un coup fort, les coups doubles pour sortir les furries...
Pas si simple pour un débutant, mais des marques bien balisées pour le spécialiste qui prendra ses aises dès le début. Avec la petite touche du jeu: les furries se sortent uniquement après un taunt, pas autrement.

En résumé, votre attaque la plus devastatrice devra suivre une provocation, qui prend du temps, pendant laquelle vous êtes évidemment vulnérable à l'ennemi, et qui vous met la plupart du temps dans l'embarras plus qu'autre chose, en plus de faire rigoler les potes. On sort une provocation en appuyant sur L : Genma le Panda sort alors des pancartes avec des insanitées écrites dessus, Kuno plante son sabre dans le sol et fait son malin, tandis que Ranma fille tire la langue et fait des grimaces toutes mimmi.

Ca y est, la jauge clignote en blanc, vous devrez ensuite sortir rapidement la manipulation de furry, avec un seul essai, car si vous vous faite toucher entre temps, ou si vous utiliser un coup spécial classique, tout repart à zéro. Plutôt crispant, heureusement que la maniabilité assure impeccablement.

Pour un bilan très sympathique

Alors qu'attendre de ce Ranma 1/2 : Chougi Ranbu Hen ? Et bien un petit jeu sympa pour se détendre le temps de retrouver un univers frais et explosif. Pas de quoi y passer des heures et des heures, bien sûr, mais avec des coups faciles à trouver et des modes easy activables dans les options ( mettre la furry sur un bouton préprogrammé par exemple ), cet épisode est à la fois complet et attachant.

Des petits détails comme le fait de pouvoir changer les couleurs des personnages, ou le boss caché, montre bien la volonté de fournir une finition "comme les grands", et c'est sur cette note que l'on restera : s'il n'a pas la technicité d'un vrai jeu de baston hardcore, nul doute qu'il saura satisfaire les petis curieux passant par là, la petite étincelle dans l'oeil à l'idée de mettre des coups de grosses fesses de panda !

 
 
 
Des questions ? Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter notre forum