Voir les différents jeux testés
Voir la liste des dossiers du site
Voir les liens de Bouledefeu.com

De la NES (part 4)

Cette fois on va le faire à la flamme bien moyenâgeuse : la NES va s'offrir un lifting à coup de chalumeau e...

Kicker

Plateforme : Arcade
Genre : Tableaux
Editeur : Konami
Année : 1985
Article par : Gentil_graphiste
Dessin par : Shin_Warlock

 
Changement de programme

C' est un article un peu biaisé qui vous est présenté cette fois ci. Un article qui part d'un jeu, mais file vers un autre. Un article boiteux, mais riche en enseignements. Enfin je crois.

Point de départ de tout ça, et ce qui devait être le corps de l'article: Crude Buster. On est en 1993, année où Data East fait dans la démolition de masse: imaginez un beat'em up où l'on peut arracher poteaux, voitures, bouches d'incendies, pancartes publicitaires 4x3, bref tout ce qui se trouve dans les paysages urbains post-apocalyptiques du (minuscule) scénario, pour le balancer sur les ennemis. Et blam, on casse tout, et blam, des onnomatopées fluos envahissent l'écran, et blam, à deux c' est encore mieux !
Un très bon défouloir, en sommes.

Oui mais voilà, Crude Buster se joue à trois boutons. Trois boutons pour rien du tout : sauter, taper, attrapper. Pas de honte, c'est le lot de centaines de très bons jeux, mais trois boutons pour rien quand même. C'est une réflexion que m'a soufflé Kicker, 1985, 18 ans d'âge donc. En garde, c'est l'heure de la démonstration.




Oldschool, newschool, là n' est pas la question

Bienvenu sur l'écran titre. Minimalisme chaloupé et flashy typique de l'époque, penser Galaga ou Pengo. En bas de ce même cliché, le joli logo Konami. Ah tiens, vous ici, enchanté, j'adore ce que vous faites. Je mets une pièce et me lance dans la partie.

Présentation des lieux, vous êtes un petit Kung-fu master au milieu des temples Shaolin. Votre seule et unique arme, c'est le coup de pied. Rien d'autre. Dans l'action, vous sautez d'un étage à l'autre frénétiquement pour éviter vos adversaire, avant de les envoyer voltiger avec votre front kick hors de l'écran.

Kicker est en fait un simple jeu de tableaux, le genre en vogue des années 80, le type même de jeu où être bon derrière le joystick peut vous faire terminer en un crédits et péter les scores. Votre défi est plutôt simple, nettoyer les tableaux d'une trentaine d'adversaires à chaque fois, you win , passer au suivant, you win , un boss vient en renfort de trente types, you win , et on recommence au début mais avec des ennemis plus rapides et plus agressifs. Cinq tableaux de quelques minutes en tout, avec chacun sa musique et ses graphismes propres, qui bouclent à l'infini. De plus en plus vite, mais à un rythme très progressif.



Un pour tous et tous pour un

Quel rapport avec cette histoire de commandes supperflues ? Et bien le héros de Kicker fait quasiment tout avec un seul et même bouton. Quand des bonus apparaissent ( ils sont lachés par les hommes habillés en vert ) pour faire des boules de feu, un tir de masse d'arme ou un bouclier, c' est le bouton 1. Frapper , c' est le bouton 1. Sautez d'un étage à l'autre , c' est haut et bas sur le pad de direction. Le deuxième bouton sert à sauter sans passer d'un étage à l'autre, mais ne sert que rarement, surtout contre les boss ou dans les niveaux avancés. Et c'est cette pureté dans le gameplay qui rend le jeu furieux et jouissif.

Ne comparons pas l'incomparable serait-on tenté de penser, de nombreux jeux ont un réel besoin de commandes complexes pour que la sauce prenne. D'ailleurs notre ami de Crude Buster là, il fait plein de trucs super plus compliqués que Kicker. Mouais, il saute d'un étage à l'autre , il frappe, et il attrape. On aurait appuyé vers le haut pour le saut, sur le bouton pour frapper, et sur avant + bouton pour choper, ca aurait fonctionné pareil.

Kicker, c'est la simplicité au service de la précision, c'est la nervosité des réflexes, une rapidité basique qui ne permet pas l'hésitation, mais qui en même temps fait ce que peu de jeux font encore : récompenser le joueur pour son talent. Les situations se corsent, s'accélèrent, mais il y a toujours moyen de s'en sortir. Il suffit d'être bon et concentré. Faire sauter la banque des highscores, c'est avoir vraiment assuré. Des sensations qui rappellent le pétillement des moments où l'on évite des centaines de tirs à la suite dans un shoot'em up sans se faire tourcher. Un gameplay qui met la pression par très courtes séquences, accule le joueur stressé contre un bord de l'écran, le fait courir après les bonus, question de vie ou de mort.



Vous êtes encore là ?

Un jeu qui a donc le goût des grands classiques dont on ne se lasse jamais et auxquels on revient toujours. La structure parfaite du défouloir, tout en accumulant les petits détails de gameplay qui font les grand jeux, simplissimes et infinis, comme Pac-Man ou Pengo. Le game and watch sous acide, c'est Kicker, et je serais vous je me fendrais de ces minuscules 51 kiloctets qui vous séparent du bonheur. Et tant pis pour Crude Buster cette fois ci.




PS: vous trouverez tout de même des images du jeu ci dessous. Une sympathique version mégadrive existe sous le nom de Two Crude Dudes.

 
 
 
Des questions ? Pour en savoir plus n'hésitez pas à visiter notre forum